Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

15.7 Un samedi de teintures végétales - les notes

Je reprends les essais de teinture sur mes fils achetés (peu) et fils filés main (beaucoup), cette fois-ci avec la technique du semibouillon

voir en photos


       
les jaunes - les bleus - les verts - les roses/rougeâtres

Le principe: tous les écheveaux sont lavés et alunés, séchés, ce que je fais en série tous les deux mois en réunissant tout ce que j'ai filé.

En général, j'extrais la teinture et je teins la laine après. Cela m'évite de devoir tournicoter pendant le bain, pour éviter des taches lorsque le bas nylon qui contient les copeaux touche le fil.

Je fais beaucoup de tests en une seule après midi, et pourtant je n'ai qu'un chauffe plat à deux places. En réalité je procède à ce que j'appelle des semi-bouillons. Je chauffe à 80°C pendant 10 minutes (souvent plutôt à 65°C car le chauffe plat rame). Je dépose la laine alunée, je couvre, je dépose sur le carrelage, j'attends 3 heures au lieu des 30 minutes prévues. Je peux entamer deux autres casseroles, avec d'autres couleurs. Je résume dans mes notes en "20min à 65°C" car c'est l'équivalent en semi bouillon.

Quand j'ai fini de teindre, je regarde la couleur du bain en filet. Si transparent: je jette. Si coloré, je garde en seau couvert pour le lendemain, pour des couleurs pastels. Ou j'alcalinise pour garder plus longtemps. Cela prend de la place pour quasi rien? Mais j'ai de la place à revendre, et je ne suis pas une professionnelle.

Mes notes d'essais

Orcanette 1

Orcanette entière, en monobain acide (ajout de vinaigre restant de bocaux de cornichons) dans de l'eau déminéralisée restant du séchoir (= ED) et infusettes de thé de récup': 50g laine, 80g orcanette, 2 litres d'ED, vinaigre jusqu'à pH de 4, 30 restes d'infusette de thé earl grey du matin - cuisson 65°C. Résultat beigeasse, à peine oeil de violet.

recette de base de michel garcia - % versus PTS:
10% galles ou 20% de thé noir (j'imagine qu'une infusette d'1.2 grammes garde 0.3g de principes actifs -> 30 *0.3g = 9 à 10g, ce qui fait 20% du poids de la fibre sèche)
10% acide citrique

Orcanette 2

80g orcanette dans eau du robinet + 5g acide citrique + 5g de galles + 50g de laine. OK vieux rose superbe, oeil mauve après 45 minutes de cuisson à 65°C.

soie en ruban: beige oeil de rosé qu'ilf aut bien chercher, très joli ton mais loin du mauve que j'attendais

Indigo hydrosulfite

Cuve d'indigo à l'hydrosulfite pour me changer de celle au fructose 123. J'ai suivi la méthode de Liles. La méthode à l'hydrosulfite ne fait pas "naturel", certes, mais elle n'est pas toxique car à l'utilisation les composés se neutralisent. Le rejet dans la nature n'est pas polluant.

Elle prend vite, teint vite de superbes bleus. J'ai publié sur le forum tricofolk une question technique, j'attends des réponses, mais je crois avoir trouvé un début de réponse dans un document de la BASF (1900 +-), transmis par Gallica-BNF: ce serait dû à une haute la teneur en indigorubine de la poudre (j'ai mélangé plusieurs sources, c'est malin; ce que j'ai trouvé comme restes après l'incendie de l'atelier l'année passée).

Question technique: J'ai une question technique, rien trouvé sur le net, rien trouvé dans le Liles, qui est le plus technique de mes livres.
hier: tout bien, pellicule cuivrée, eau jaune verdâtre, mousse bleue, jolis bleus profonds et unis
ce matin: pH 9, température 45°C, mais le jus reste rougeâtre presque bordeaux, pas de mousse, pas de pellicule cuivrée malgré mon attente après l'ajout d'un peu d'hydrosulfite. Le jus est bien transparent, tout est bien solubilisé, pas de grain d'indigo visible. Mais le jus est rouge.
La cuve teint plus clair, c'est bien normal, j'y ai passé des écheveaux à la pelle hier. La teinture tient et ne "crocke" pas (tache pas les doigts après rinçage, quoi). Mais pourquoi le jus reste rouge?
Merci!

Campeche

60g de campeche en copeaux et une poignée d'écorce de bouleau en copeaux dans 3 l ED, 65°C 45 minutes (campeche et bouleau dans un bas nylon): la laine devient mauve dense rapidement, mais l'angora de mon mix filage prend du temps d'où les 45 minutes. J'ai oublié la craie! Une pincée -> la laine tourne au pervenche ou bleu presque marine quand je laisse longtemps. Idem plein d'autres échevaux, ça reste bien dense.

Un des écheveaux teint ensuite en cochenille: bleu mauve très foncé et pas pourpre comme annoncé? Je ne combine plus indigo et campêche, mes premiers essais donnaient de tristes couleurs.

Théoriquement, avec un post bain de gaude ou de fustic, je devrais obtenir du vert de gris. En acide, il devrait tourner vers le parme. Avec de la crème de tarte, j'obtiendrais du marine franc. A tester.

Gaude 1

100g de gaude concassée (Anjoutinctoria), 3 litres d'ED, craie. 45min à 65°C. Teint en jaune lumineux, soleil.

Pré ou post bain d'indigo: vert émeraude foncé à plus clair selon durée du trempage

Gaude 2

100g de gaude concassée (Anjoutinctoria), 5 litres d'eau du robinet (ER), pas de craie puisque notre eau est très calcaire. 45min à 65°C. Teint en jaune lumineux, soleil. J'attends le séchage pour évaluer la différence de ton avec Gaude 1

Phragmites - roseau frais 1 (bouquets)

Je voudrais voir si ce sont les bouquets ou les tiges/feuilles qui donnent cette superbe couleur vert pré clair. Avant je cuisais tout ensemble. Ici: bouquets uniquement. Le même vert.

Phragmites - roseau sec 2

Cuit les roseaux séchés il y a deux ans. Bof: jaune, plus de trace du vert pré que j'adorais. MAIS ne pas désespérer: en post bain d'indigo, j'obtiens un merveilleux bleu vers turquoise (pas franc turquoise, mais bon).

Cochenilles entières

bain 1 = 30g de cochenilles dans un bas nylon, 3 l d'ED: 60°C 20 min donne un ton très dense.

bain 2 = rebelote avec le bas nylon

Je mélange bain 1 et bain 2, c'est si dense que c'est presque visqueux. J'aurais dû filtrer, car des traces se marqeuent sur les écheveaux.

Post bain d'indigo (ouais je sais ça devrait être prébain d'indigo, mais je fonctionne comme je le sens, comme ça se met, on est en hobby ici): beaux mauves... sauf pour un écheveau que j'ai oublié une nuit dans la cuve. Bleu nuit superbe! Quand je pense qu'on limite les trempages pour éviter les décolorations... je n'y comprends rien.

Grenade extrait alcalin vieux

J'ai retrouvé dans le jardin (gentil mari qui accepte mon brol!) un seau d'écorces de grenade datant d'il y a deux ans: après avoir pressé le jus au Jazz Alto, j'ai tapé les écorces dans de l'eau du robinet additionnée de cristaux de soude (pH10). J'ai couvert le seau. J'ai oublié dans un coin du jardin.

juillet 2017. J'ai jeté les vieille peaux. J'ai réchauffé une partie du bain sans le diluer, rajouté de l'acide citrique pour le ramener à un pH de 7, cuisson 20min à 65°C pour un beau jaune doré sur laine et soie. J'ai gardé l'autre partie en bain alcalin, j'y jette quelques écheveaux, j'attends 48h. Ils sont jaune doré aussi.

Pré ou post bain d'indigo: de vert caca d'oie à vert lumineux, selon les fils.

De l'utilité de bien nommer les choses

Retrouvé une poudre jaune... comment savoir ce que c'est? grenade? Je sniffe, l'odeur ne me dit rien, même si je compare aux autres sachets. Je la cuis, j'y trempe un tissu de coton non aluné: si rien ne prend, on peut déjà resserrer les suspects. J'ajoute un peu de sulfate de fer: si elle tourne au gris, ça peut être de la grenade (ou autre source, mais je n'ai acheté qu'une source de ce type). Idem avec un poudre brune rougeâtre que je soupçonne être de l'orcanette