Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...

 Lire la suite
  

16.9 Essais au phytolaque

Mes notes résumées pour ces baies, que j'ai déjà testées en 2014: dans la gamme du "rouge sauvage" les baies du raisin d'amérique (phytolacca decandra, pe pas confondre avec les autres phytolacca) donnent du cramoisi avec alun. Cette mauvaise herbe envahit les forêts comme Fontainebleau près de Paris, elle étouffe les camarades, voir les campagnes d'arrachage. Vous ferez plaisir à tout le monde en les arrachant, mais à personne en les plantant. Si oui, contenez-les! A mon expérience, les baies ne teignent que fraîches et à 400%.

Ce début septembre, j'ai ramassé des baies de phytolacca chez mon amie Léo (Limousin), tiges et feuilles comprises. J'ai aussi cueilli quelques branchages de graines peu mûres, dans l'espoir qu'ils mûrissent hors sol.

Je viens aussi de ramasser d'autres baies, plus mûres, le long du canal du Midi où je suis pour l'instant. J'ai relu les échanges sur cette plante sur le forum tricofolk. Je voudrais vérifier la prise et la tenue lumière du phytolaque en complément de mes tests du 23/11

1, J'ai mordancé une petite poignée de merinos blanc en nappe (des moutons de Léo d'ailleurs) en le laissant tremper une nuit dans une eau tiède hyper vinaigrée. Je n'ai aucun de mes instruments habituels, j'ai juste rajouté une belle rasade de vinaigre à 14% acheté en magasin brico. On peut cuire la mixture, mais j'essaie encore et toujours des techniques peu énergivores.

2, J'ai broyé les baies, et quelques tiges et feuilles à l'extracteur, pour que la teinture se donne plus vite qu'en simple macération (photo A).


3. J'ai acidifié ce magma au vinaigre à 14%, j'ai laissé mariner acide 48h.

4. J'ai  fait chauffer à basse température le jus dilué d'eau du robinet (très douce ici) et la laine. Pas de thermomètre sous la main : je laisse le jus faire des petites bulles sur les bords de la casserole, j'ai le souvenir que c'est +- 70°C. Je coupe le feu, je couvre et je laisse la couleur monter 20 minutes.

5. Je retire un peu : rose lumineux,

je relance un coup de chauffe : je refais chauffer etc, je couvre – 20 minutes : résultat franc fuchsia (photo ci-dessus en haut)


6, Troisième fois : même ton de fuchsia  (photo ci dessus milieu)
7, Quatrième fois : même ton de fuchsia  (photo ci dessus bas)

8, Au final (photo D), c'est plus "framboise vers rouge" ou "cerise avec un fond de fuchsia".

 

J'attends que ça sèche, mais ça semble divin comme couleur.
J'ai passé une partie dans un post-bain alcalcin (pH ? sais pas, j'ai pas mes testeurs papier). J'ai ajouté des cristaux de soude. Pas grand effet sur la couleur.

La prochaine teinture je ne laisserai mariner qu'une heure à température chaude +- 60°C, avec la technique de marmite norvégienne. Je pense que cette durée d'une heure suffit.  Je laisse souvent mes macérations acides en marmite norvégienne une nuit.

  1. Quand je serai de retour chez moi, je testerai tout à fait à froid en macération acide (acétylique, mieux contrôlée, j'aurai mes outils).
  2. Il reste à tester la tenue lumière, je les exposerai derrière le pare-brise, j'espère avoir plein de luminosité pendant la route de retour Montauban/Bruxelles que je fais en deux jours (car sur place, près de Bruxelles, j'espère peu des UVs).
  3. Puis je dois encore tester avec du sulfate de fer.
  4. Et tester sur du mohair, de l'alpaga et de la soie

 

Lire suite