Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

16.7 Encre végétale au brou de noix

L'encre maison à base de noix produit de superbes lavis bruns ou oranges et s'utilise en calligraphie. L'encre à base de galles produit des noirs anthracite.

Pour réaliser une encre végétale à partir d'une plante, la recette est simplissime: faire un bain de teinture et ajouter 20g d'alun par litre de liquide + un peu de gomme arabique pour le liant et un peu d'H.E. de clou de girofle pour la conservation. Pour la noix ou les galles, qui sont richissimes en tanins qui sont des fixateurs de colorant, il ne faut pas ajouter d'alun. Je détaille la procédure ci-dessous à base de noix ou dans un autre billet à base de galles de chênes.

D'abord, deux concepts à connaître pour les non-teinturiers: teinture versus pigments; notion de bain de teinture

1. teinture versus pigments. Le végétal broyé et mis à cuire dans l'eau produit de la couleur soluble, qui est la TEINTURE, et de la couleur insoluble dans l'eau, qui est le PIGMENT (des petits cristaux si on veut). Ce sont deux parties bien distinctes. La teinture pénètre dans le tissu et le teint à coeur, alors qu'utiliser un pigment sur un tissu équivaudrait à peindre le tissu en surface. Avec les risques de craquèlement, de disparition par frottage.

Sur papier, on utilise les encres, qui sont réalisées avec la teinture, dont l'effet est très aérien puisqu'elle pénètre au coeur du papier; mais on utilise aussi bien sûr les pigments pour peindre (à l'aquarelle, à la gouache, etc.). Pour le cuir, on utiliserait la forme teinture aussi, qu'il pénètre bien à coeur. Vous avez certainement, comme moi, essayé de peindre de vieilles chaussures que vous aimiez tant ... avec le triste résultat que l'on sait: craquèlements affreux.

Teinturiers, si vous voulez extraire du pigment d'un bain de teinture épuisé (dont le soluble a été transféré sur le tissu, mais dont l'insoluble alias le pigment reste), il suffit de précipiter en ajoutant de la potasse et de l'alun (l'ordre d'ajout différant, le résultat différera), puis de filter, de broyer le pigment et de le lier avec un liant naturel. Ce qui fait l'objet d'un autre chapitre!

2. Notion de bain de teinture. Lorsqu'on récolte un végétal, il faut savoir quelle partie contient le principe tinctorial. Dans la noix, c'est la partie charnue qui protège la coque, qu'on cueille sur l'arbre ou qu'on ramasse en automne.

le brou de noix à l'état vert, qu'on peut utiliser tel quel ou bruni après qu'il est tombé de l'arbre, si l'on veut en faire de l'encre mais qu'il faut cueillir en forme verte pour ses vertus de vermifuge maison (la cure antiparasitaire de mon livre "Du gaz dans les neurones"). Une belle après-midi entre amis à récolter les noix pour l'hiver et à les débarrasser du brou...

Ensuite il faut extraire le colorant, par une technique comme la cuisson (en général 30 minutes à 80°C). On peut aussi laisser macérer 48 h dans un bain alcalin (les extractions alcalines dont il est questions sur ce blog) ou dans de l'éthanol.

Depuis quelques années se sont généralisés les extraits végétaux, qui sont des poudres à teindre. L'industriel a procédé à votre place à l'extraction du colorant. "Il n'y a plus qu'à" appliquer la couleur, en gros.

Recette de l'encre brun fauve, à base de noix

Pour faire de l'encre à partir de la noix sans disposer d'un noyer près de chez soi, il faut être sûr d'acheter du vrai brou de noix, et non pas la version utilisée par les menuisiers sous ce nom et qui est en fait un autre pigment (de terre).
Ou acheter de l'extrait colorant. En outre, il faut produire un bain de teinture puis révéler les colorants en éveillant les tanins par l'ajout de fer (pour des bruns) ou de titane (pour des jaunes orangés). Les recettes sur le net sont bien concises: diluez du brou de noix (lequel?) dans de l'eau (et pas de révélateur?) et peignez...

Prévoyez

  • du vrai brou de noix, acheté ou récolté, idéalement broyé en poudre
    vérifiez que la source est bien juglans regia, le nom latin du noyer
    par exemple chez Couleur Garance (+-4€ les 250g de broux entiers, secs; ou +-7€ les 200g de brou en poudre)
    ou de l'extrait , par exemple chez Green-ing (+- 14€ pour 1 litre)
  • du sulfate de fer (droguerie ou jardinerie)
    à défaut vous ajouterez des clous rouillés à la cuisson; ou vous ferez une soupe de clous au vinaigre au préalable - voir le billet ad hoc

Recette à base de brou

  • Broyer le brou si ce n'est déjà fait
  • Faire cuire 10g de brou (2 bonnes cuill. café) dans 100ml d'eau pendant 30 minutes
  • Filtrer, garder le solide pour un deuxième extrait éventuel (qui donnera un ton plus faible)
  • Pour du fauve à brun: ajouter au jus filtré encore chaud 4 à 8 % du liquide en sulfate de fer, soit 4 à 8g (2 à 4 petites cuill. café) pour 100 ml
  • Pour un ton brun moyen, plus uni: ajouter au jus filtré encore chaud 4%, soit 4g (1 petite cuill. café) d'oxalate de titane pour 100 ml
  • Je n'ai pas vu grande différence en ajoutant de l'alun
  • Laisser se diluer.

Recette à base d'extrait liquide

  • Diluer 1g d'extrait de brou dans 100ml d'eau chaude
  • Filtrer
  • Pour du fauve à brun: ajouter au jus filtré encore chaud 4 à 8 % du liquide en sulfate de fer, soit 4 à 8g (2 à 4 petites cuill. café) pour 100 ml
  • Pour un ton brun moyen, plus uni: ajouter au jus filtré encore chaud 4%, soit 4g (1 petite cuill. café) d'oxalate de titane pour 100 ml
  • Laisser se diluer.

Utilisation

Peindre à l'aide du jus. L'encre au sulfate de fer: de clair au départ, le trait foncira en quelques minutes.

Pour conserver plus que 3 jours, ajouter 2 gouttes d'huile essentielle de clou de girofle. Garder en bocal hermétique.

NB. Je dois encore tester l'ajout d'alcool isopropyl à hauteur de 15-20% du volume, ce qui me permettrait de jouer sur le tyvek, ainsi que l'ajout d'un clou de girofle entier.

Pour calligraphier à la plume, ajouter au mélange un épaississant, comme 10% de gomme arabique. Ne pas remplir la cartouche d'un stylo de ce dernier mélange, il est trop épais, il bloquerait.

On peut aussi utiliser ce liquide à l'ancienne pour teindre du bois, sans l'épaissir à la gomme arabique bien sûr. Ou pour teindre de l'osier.

NB1. Si vous gardez les brous de noix après la récolte de noix de Grenoble en automne, vous pouvez les laisser macérer dans de l'eau jusqu'au moment où vous fabriquerez l'encre ou voulez teindre des fibres. Cette fermentation improvisée dégage une odeur forte. Baquet à conserver au garage!

NB2. Teinturiers: ne confondez pas les couleurs obtenues par certains teinturiers américains (du marron) avec les blonds fauves que vous obtiendrez avec les peaux de noix provenant de chez votre voisin. Il s'agit de deux noyers différents: juglans nigra (noyer d'Amérique, nigra comme noir) et juglans regia.


Green-ing affiche une superbe couleur chocolat clair sur son site, je n'ai jamais obtenu que des blonds même avec un peu de sulfate de fer

 

Voir aussi la recette à base de galles
ou retour aux tutos