Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

13.11 Indigo: comprendre le fonctionnement d'une cuve

Teindre à l'indigo réveille en nous des exclamations "oh c'est magique!". Sentiment délicieux, je l'accorde. Et pourtant son fonctionnement s'explique en termes précis et scientifiques. Cela ne retire rien au délice de cette teinture, qui continue à m'émouvoir.

Pourquoi comprendre? C'est le seul moyen de détecter pourquoi et quand ça foire, tiens! Et d'ajuster les fausses manoeuvres.

Sur ce blog, je n'ai choisi que la cuve en réduction (par opposition à fermentation, plus longue, plus complexe).

L'explication la plus claire, en images qui bougent, que j'aie trouvée à ce jour est due à Carrie Sundra, ingénieur passionnée de laines et de teintures naturelles ("Culrie" sur ravelry).

Indigo Dyeing, full video. Carrie Sundra of Alpenglow Yarn shares her method for dyeing yarn with indigo, as well as a basic explanation of the chemistry behind indigo.

Dès que vous possédez les notions qu'elle expose si clairement, plus de souci, vous teindrez ce qui vous chante, quand ça vous chante, dans les tons qui vous enchantent!

16.11 Résumé de la vidéo

Carrie Sundra est une geek de la teinture naturelle (ingénieur, elle a inventé un contrôleur d'écheveaudoir automatique: the Skeinminder, jeu de mots intraduisible en français sur le "skeinWinder"). Elle vend des laines locales, teintes en végétal (garance, indigo, gaude, etc. - voir son stand dans la photo ci-dessus).

Dans sa vidéo citée ci-dessus, elle nous fait un superbe et clair résumé de la cuve d'indigo par réduction. Il est parfois plus facile de lire l'anglais que de l'écouter.  Branchez les sous-titres en cliquant sur l'icone suivante, en bas à droite de l'écran de vidéo youtube:


On peut même faire traduire les sous titres en français, mais si l'auteur n'a pas publié la transcription exacte, ça devient parfois hypercréatif.

Je résume (la recette détaillée est dans mon billet du 15/6)

  • Minute +- 0.50 : Carrie utilise une comparaison pratique pour démontrer comment l'indigo doit être dilué  Tout comme le sucre ne se dilue pas bien dans l'eau froide, mais mieux dans l'eau chaude (d'autant plus qu'on l'y laisse plus longtemps), l'indigo ne se solubilisera qu'en bain alcalin avec un réducteur. Comparaison cavalière, elle le reconnaît, mais "c'est l'idée", dirons-nous.
  • Minute 2.06: petits dessins rigolos  pour montrer la même chose
  • Minute 3.30: démonstration au jardin. Carrie explique pourquoi la cuve doit être chaude, puisque l'eau chaude va réduire l'oxygène aussi. Elle utilise un bricolage d'isolation thermique pour sa cuve et un chauffe-eau de seau ('bucket heater": je n'en trouve pas en Europe?)
  • Minute 4.30: montre la pellicule cuivrée et la mousse bleue
  • Minute 5: montre le système de chauffe, pour arriver à 50°C (à ne pas dépasser)
  • Minute 5.30: on voit comment elle trempe les laines déjà bien imbibées d'eau mais pas dégoulinantes. On voit à quelle lenteur elle introduit la laine pour l'empêcher de flotter.
  • Minute 7: sortie de la laine, hyperlente - procédure que je n'avais pas encore vue. Carrie veut éviter que la cuve ne se réoxyde.
  • Minute 8: Si elle la voulait de couleur plus foncée ou d'un autre ton, elle retremperait plusieurs fois avec oxydations à l'air au passage ou elle les passerait dans un autre bain (cochenille + indigo ou gaude + indigo).

J'espère que cela vous aidera à bien mener votre prochaine cuve de réduction.


Ajout 24.11.



Voir aussi chez Catharine Ellis comment elle entretient la cuve.
Avec uUne vidéo amusante où l'on voit la cuve "boire" la chaux.