Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

12.11 Teintures "naturelles": la soupe toxique

Mmmmh, mon sujet favori. Dans mes livres de nutri, "soupe toxique" est l'expression que j'utilise pour qualifier le monde dans lequel on vit: un mélange de toxiques alimentaires, environnementaux, électromagnétiques et... endogènes (alias produits par vous même). Bucolique, n'est-il pas?

Normal pour une personne multisensible: on voit des toxiques partout, tant on hyperréagit.

Mais la vie n'est pas simple: à part les francs poisons comme le cyanure, ce qui est toxique pour l'un ne l'est pas pour l'autre. Dans ma tribu de "canaris de la modernité", nous sommes hypersensibles à des catégories de produits qui ne font pas sourciller d'autres humains.

Parmi les agresseurs de canaris, je citerai certains colorants alimentaires, dont j'ai fait la liste dans mes bouquins et sur mon blog alimentaire (colorants tout à fait légaux). J'ai sursauté lorsque j'ai vu tant de mes camarades du monde de la laine utiliser des colorants alimentaires pour teindre leurs oeuvres, dans l'illusion qu'ils sont moins toxiques que les teintures classiques - raison d'être de ces quelques billets, brouillons d'un prochain livre.

Teinture saine?

Il faudrait d'abord définir ce qu'on entend par "teinture saine".

Pour moi, une teinture saine est un produit qui:

  • n'a pas posé de danger pour l'ouvrier qui le fabrique (sans compter que j'aimerais que ce dernier n'ait pas 5 ans...)
  • n'a pas contaminé les eaux de rejet (usine de fabrication)
  • n'est pas toxique à utiliser pour le teinturier (contamination par la peau, la respiration, etc.)
  • ne contamine pas ou peu les eaux lors du rejet dans la nature par le teinturier
  • n'est pas toxique à porter pour l'utilisateur

Comme je suis écolo du fond du coeur, je souhaite en plus que mes teintures ne sentent pas le kérosène (le moins de transport possible).

Les teintures chimique "non toxiques"

Deux fabricants actuels de teintures "chimiques" s'annoncent comme "non toxiques": Ashford (Australie) et GreenerShades (USA - "Heavy metal free acid dyes" étant leur slogan). Ouf, ils n'osent pas encore le "teintures naturelles"...

Le titre du billet s'applique bien à ma recherche du moment: "soupe toxique" est ce qui ressort des efforts de communication des fabricants.

Pas facile de décoder. Je pense avoir un peu de recul en tant que consommateur car, tout comme je l'ai fait en nutrition pendant 20 ans, je lis la  doc' officielle avec le regard de celui qui a travaillé au département lobbying européen d'un grand cigaretier. Mais hélas! je ne suis pas assez chimiste pour pouvoir lire entre les lignes. J'ai bien passé l'équivalent belge d'un bac en chimie (cela s'appelait une "maturité" il y a plus de quarante ans), mais il ne m'en reste pas grand chose en terme de théorie. Peut être juste la passion de dépiauter et de regarder au microscope.

Je m'aide donc des généreux professionnels qui partagent sur internet. Cherchons en Inde, qui est traditionnellement le pays le plus teinturier. Je suis en train de lire les transcriptions du très long cours de Padma Vankar, professeur au département chimie de  l'Université Technologique de Kanpur: "Natural Dyes". On peut suivre les cours en vidéo aussi, mais c'est bien trop long pour moi. Dès que j'ai un pied plus solide sur ce piton rocheux, je lui enverrai quelques questions. Prions vichnou qu'elle ait le temps de répondre. Ou je scruterai à quel colloque elle participe bientôt.


Padma Vankar, madame teinture naturelle pro en Inde
et un exemple des cours qu'elle transmet généreusement

Sur la base de mes diverses lectures et des précautions générées par la "force des choses de ma curieuse biochimie", je réfléchis tout haut, et je partage avec ceux qui se poseraient les mêmes questions, basées sur les mêmes critères exposés ci dessus.

Ashford. Ils annoncent sur leur site   que "The dyes are safe and easy to use and comply with Oeko-Tex Standard 100", mais sur le même site, on peut lire de très précises précautions d'utilisation (gants et masque, ne pas utiliser de casserole à usage culinaire, etc.). Ils se contredisent!

Comme ce sont des '"acid dyes", leurs teintures sont synthétiques et contiennent en général des colorants azo. Yiiiks! Mais cette catégorie a été interdite en Allemagne depuis les années 90, tant ils sont toxiques. En matière de toxiques, je suis plutôt les Allemands que les autres nations, car ils ont un petit noeud perso avec ce sujet. Amusant que ce soit le pays de la BASF (badische anilin fabrik, anilin étant un des premiers azo fabriqués au XIXè siècle) qui ait pris la courageuse décision...

Pas moyen de trouver leurs MSDS (fiche technique - Material safety data sheet).

Ceci dit, merci à tous ces fabricants de tenter de réduire l'impact des métaux lourds dans les rivières et sur nos peaux. Mais tout ce bings ne serait-il pas de beaux mots pour se verdifier? Ne cherchez pas dans le dictionnaire, mais vous comprendrez.

GreenerShades semble plus transparent puisqu'on peut trouver leurs MSDS et leurs tests de respect des normes "Organic Trade Association" -  " Organic Processing Compliance Test Results".

Analyser le cahier des charges de ces normes américaines est au-delà de mon désir actuel, mais sur la page indiquée ci-dessus je peux voir qu'ils ont une tolérance pour certains métaux qui va jusqu'à 2500 parts par million pour le fer ou 1500 pour le zinc. Si je peignais de zoulis tableaux, peu me chaudrait ... mais si je dois mettre sur ma peau des "toxiques", je voudrais qu'il y en ait le moins possible.

C'est ici que j'aurais besoin d'un ingénieur industriel, car il est généreux de la part de GreenerShades de montrer les résultats de tests... mais je ne suis pas un perdreau de l'année (d'autant plus que j'ai rédigé de tels documents dans mon autre vie): il suffit d'omettre certaines lignes pour avoir l'air tout clean.

Je précise en plus clair: je n'indique pas ici qu'ils trichent, j'écris simplement que j'aurais besoin d'une aide extérieure pour repérer s'ils trichent ou pas. Tout différent, hein?

Dans les MSDS disponibles sur leur site, on peut voir que la plupart de ces colorants sont des azo aussi (donc pas si "non toxiques" que ça, finalement).

Sur leur site, ils annoncent que leurs teintures étant si nouvelles, ils ne correspondent à aucune classification. Difficile de savoir à quoi on a affaire. Pas non plus de numéro CAS (= Chemical Abstract Service) qui permettraient d'en savoir plus sur leur composition .

Soupe toxique - la suite! On ne sort pas de cette auberge. J'espère que vous n'avez pas encore déjeûné et que je ne vous donne pas la nausée.

Le réflexe naturel des amateurs de fibres nobles comme la laine et la soie se tournent alors vers d'autres solutions. Ah, tiens! Les colorants alimentaires.  Mais hélas! cela consiste à teindre avec des produits synthétiques, puisqu'il s'agit des mêmes "acid dyes", simplement formulés sous une autre forme, en général plus diluée. Voir en anglais de quoi sont composés les colorants alimentaires ou les KoolAids

A part quelques exemples, comme les teintures à base de cochenille, ce sont les mêmes qu'Ashford ou GreenerShades.  En plus cher pour un même ton, je pense, si je me base sur mes petits calculs...

Si je ne teignais pas moi-même et si je n'étais pas si orientée pur naturel, j'achèterais des fibres ou des laines teintes en "chimique", mais certes pas en alimentaire. Trop peu étudié quant à la durabilité.

Ma conclusion, pour l'instant

Dans le doute, je m'abstiens d'utiliser tous ces produits.  Je me limite aux teintures végétales maison ou aux extraits colorants. Extraits qui sont d'ailleurs quasi aussi faciles d'utilisation que les teintures ci-dessus.

Plus chers à l'utilisation, me direz-vous? J'utiliserai ici l'argument de la prof. Padma Vankar, qui s'adresse à des industriels: si le prix de revient de votre laine est 15% plus élevé, en revanche, vous pourrez demander un prix deux fois plus élevé que l'équivalent "chimique". Un autre regard, n'est-ce pas?

Entre parenthèses, je voudrais ici tordre le cou à un canard très peu déchaîné qui traîne dans les couloirs du monde des couleurs et qui veut que  les teintures naturelles "sont souvent instables à la lumière, au lavage, à la transpiration, ou au parfum" .

Mais c'est l'inverse! Il est connu que certaines teintures ménagères RIT Dylon Jacquard & Cie ne sont PAS durables. Voir les tristes résultats de certains acid dyes dans le tableau de Paula Burch.

NB. Une valeur de 8 est "très solide", de 1 "fugitive". On est heureux aux valeurs 5-6. Quand je vois une valeur inférieure à 4, je considère que c'est "pour du rire". Le tableau évalue la résistance lumière (light), lavage (washing - 40°C), transpiration (perspiration), manutention (milling).

Lors d'un stage avec Michel Garcia, on a essayé de décolorer un de nos tissus teints en garance naturelle à l'aide d'eau de javel, on n'y est pas arrivés!

Quand je pense à toute la main d'oeuvre nécessaire pour produire nos oeuvres lorsqu'elles sont artisanales, cela me fendrait le coeur de les voir se décolorer après quelques mois. En Occident actuellement, dans tous les métiers d'art, la matière première intervient peu, c'est la main d'oeuvre qui fait le prix. Vous comprenez pourquoi votre architecte vous conseille de la pierre bleue, "tant qu'à faire"?

Bis repetita placet ou non placet, cela dépendra de votre capacité à m'entendre répéter le même mantra: ceci n'est qu'un brouillon, en évolution. A ne pas citer! Je n'ai aucune autorité en la matière. Je ne communique ceci que comme éléments de réflexion pour ceux et celles qui se préoccupent de ces mêmes critères.

Enfin, "ceux et celles" serait peut-être bien écrit "celui ou celle". Nous sommes peu à teindre nos propres fibres, encore moins à frayer le même chemin que celui que j'ai choisi. Quand j'écris ces billets, j'ai toujours la drôle impression de ne m'adresser qu'à une seule autre personne.