Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

5.8 Résistance lumière des teintures végétales en macérations - suite

Suite du billet du 10 juillet.

Quasi un mois d'exposition quotidienne des panneaux. j'ai déjà avancé les cartons il y a dix jours, mais les couleurs qui ont pâli au début ne palissent pas plus.

Photos ci-dessous et commentaires globaux, à détailler... un jour.

Quand j'indique "à froid", c'est en semibouillon à 40°C (chauffé en casserole à 40°C puis éteint et couvert, laissé quelques heures). Les macérations sont à froid, càd température ambiante en grenier en Belgique, même en été. Il doit faire 20°C dans les bains, les jours chauds (mais les protéiniques sont toujours prétrempées dans un bain de lessive de cendres pour ouvrir les fibres, dans ce cas).

Les fils de laine, de coton, de lin: tous mes tests n'ont pas bougé en 3 semaines. Les bleus sont à la cuve organique 123 pour ces fils-ci. Campeche est soutenu par de l'écorce de bouleau.

    

Les mèches: pas bougé, quasi toutes teintures à froid (indigo en cuve organique)

Seule l'orcanette sur laine (en monobain acide, à semibouillon - échantillon tout au dessus de la photo) a beaucoup perdu de vivacité. le ton est resté stable, mais très atténué.

Que veut dire "stable"? En campêche, le bleu passe carrément au brun avec le temps, traditionnellement, ce qui n'est pas un "ton stable".

Echantillons du haut: cochenille en second monobain acide mais à froid. A ne pas reproduire. Trop atténués.
Echantillons du bas: étamine de laine en indigo à froid, pH 10 MAIS à l'hydrosulfite alors que mes autres tests, pH 10 à froid en cuve organique n'ont pas bougé, après 3 semaines dehors. Ne pas hydrosulfiter à froid. Retester.

Trois variantes de garance à froid, monobain ou méthode carol leigh: on se serait douté que c'est durable. On voit, en cherchant bien, un petit changement de ton à droite, mais en 3 semaines de plein soleil...