Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

11.7 Bains alcalins à la Jenny Dean

Le dernier livre (2014) de Jenny Dean: "A Heritage of Colour" ou la reconstitution de teintures historiques. Un bijou!

Dans l'ambiance écolo, durable et rigoureuse que je chéris. De nombreuses photos de tous ses essais sur laine, systématiquement: sans mordant, avec mordançage au saule, aux ronces, à la rhubarbe, au clubmoss (accumulateur d'alumine), alun minéral, en modification alcaline, cuivre, fer. Sur laine brune et grises sans mordant.

Jenny Dean y transmet ses essais sans mordants et sans chaleur: macération à froid de quelques jours, en bain très alcalin (pH10). Les plantes qui ont aimé ce traitement chez elle: garance (p. 121), bourdaine, rhubarbe, gaude. J'en teste d'autres, parce que.

J'ai installé 6 petits seaux d'eau de cendres, relevée au bon pH par des cristaux de soude dilués dans de l'eau chaude, avec 100g chaque fois de: 1/ bourdaine moulinée, 2/ garance concassée, 3/ gaude, 4/ grenade moulinée, 5/ rhubarbe moulinée, 6/ solidago concassé.

J'ai laissé macérer quelques jours avec des laines mordancées symplocos léger (20%). Le liquide est à 20-25°C (Belgique, même en été, faut pas rêver aux teintures solaires).

Quand je teste le pH, je laisse le petit bout de languette sur le haut du seau pour me rappeler.


Bourdaine, garance, gaude, rhubarbe, solidago.

Laines. 1ère extraction de 48 heures avec une fenêtre de 4h d'oxydation au cours des 48 heures. Pourquoi oxydation? Dean ne le mentionne pas, mais je le sentais. Et voilà. J'ai laissé un bout de chaque laine non teint (couleur du symplocos).

Après, j'ai ajouté grenade (résultat ++) et fanes de carottes en provenance de la cuisine (bof). Pas de photo.

Jour 3: j'ai filtré les seaux nr 1, transvasé le solide dans un autre seau et rajouté eau de cendres. C'est le "bain 2". J'ai ainsi 8 litres de jus de plantes, sans chauffe.


Explications ci-dessous: garance, rhubarbe, bourdaine

Garance jour 4.
J'ai transvasé le liquide du bain 1 et du bain 2 dans une casserole, avec 70g de laine chaque fois, chauffée à 40°C pour simuler une teinture solaire.
Bain 2: je l'ai ramené au pH 7 par ajout de vinaigre. Après une heure: résultat photo haut milieu pour le bain 1 = coq de roche très rosé; et photo haut gauche pour le bain 2 = coq de roche.
Très lumineux comme toutes les laines passées en garance. Je n'ai pas encore rincé, je laisse s'oxyder 24 heures avant de rincer. Je ne passe pas à l'eau vinaigrée, car la laine n'est pas rêche, pas abîmée du tout.

Teinture au pH neutre ou à pH 10 (mais <40°C): pas de différence sur la texture de la laine. Si vous utilisez de l'acide acétique plutôt que du vinaigre, ajoutez-le au compte gouttes sinon la réaction alcalin/acide va mousser jusque par terre! Je l'ai vécu avec les essais pour produire des pigments à partir de mes fins de bains. La cata...

J'ai mélangé les deux bains, rajouté la garance en nouet, réchauffé à 70°C pendant 1h (après 1h de chauffe, ça prend longtemps sur mes petites plaques). Résultat: photo ci-dessus en bas à gauche. Couleur corail. Lumineux aussi.

Bourdaine jour 4 (achats rameaux broyés - Frangula alnus - - 1.33€ les 100g , qui teindra bcp plus que 100%).
J'ai transvasé le bain 1, l'ai ramené à pH 7 et cuit 20 minutes à 40°C.
Résultat sur la photo en haut à droite: rouge brique vers terre de sienne. Il y a des zones plus foncées, même après lavage le lendemain. Pourtant pas de cendres traînant dans le bain, pas de cristaux de soude (puisque je dilue toujours à chaud avant), pas d'éclats dans la casserole. Pas de contamination au fer, j'y suis assez attentive.

Rhubarbe jour 4 (achats rhizomes en poudre- rheum palmatum - - 1.33€ les 100g, qui teindra bcp plus que 100%)..
J'ai transvasé le bain 1, l'ai ramené à pH 7 et cuit 20 minutes à 40°C. Résultat sur la photo en bas à droite: carrément grenat/lie de vin. Zones foncées idem bourdaine. Pourquoi?

NB1. Ne rincer qu'après 24 heures me permet d'économiser en eau, car je rince tous les écheveaux dans un même grand seau (les couleurs ne se contaminent pas). Si je rinçais au fur et à mesure, il serait amusant de calculer combien d'eau je gaspille à chaque fois...

NB2. En hiver, je pourrai placer la casserole ou le wek de teinture sur le poêle à bois pour arriver aux 40°C sans gaspiller d'électricité. Sur un radiateur, je n'arrive qu'à 30°C.

NB3.Dans ce livre, Jenny Dean réitère sa dernière recette pour un vrai rouge de garance (p. 119). Laver les racines. Les ébouillanter deux fois pendant 1 minute, filtrer, récupérer le jus qui servira pour des tons plus corail. Après ces deux rinçages, mettre les racines dans de l'eau calcaire. Frémir 30 minutes. Laisser refroidir 15 minutes. Ajouter la laine en protégeant soit la laine soit la garance par une mousseline (chez moi: un nylon de récup'). Laisser macérer jusqu'à obtention de la couleur voulue. Si l'on souhaite plus dense, chauffer un peu. Si on souhaite plus carmin, post bain alcalin. Refrain connu.

Sur le forum Tricofolk, Sandrine donne la recette qu'elle a adaptée: après les rinçages, elle chauffe la garance à 40°C pendant 20 minutes. Elle la transfère dans une mousseline. Puis elle y cuit la laine 1h à 40°C. Elle termine par un lavage au savon marseille pour aviver le rouge.


photo Jenny Dean

Sur la page blog de son livre, Jenny Dean montre ses essais de couleurs des Anciens, la plupart sans mordants. Je traduis:

  • haut gauche à droite: gaude, gaude+garance, garance, garance+pastel,, liche, noyer
  • milieu gauche à droite: safran, safran + pastel, noix + pastel, noix + liche, noix + garance, noix, jaune + pastel
  • bas gauche à droite: noix de galles, galles et fer, galles + pastel, pastel, lichen + pastel, lichen , lichen et vinaigre