Slow-dye

Brouillon de mon livre à paraître "Teintures végétales pour les curieuses et les flemmardes"

plus

17.7.2014 Mordants pour les geeks

principes généraux

Mes notes d'un cours 2012 avec MG à Lauris. Hyperpratique, car à comprendre ces principes, on comprend ce qu'on fait! Retenir que:

  • coton = polymère de sucre -> besoin d'alcool (même famille) - acide acétique -> acétates
  • laine = protéine = "albumine" -> besoin de sulfates (soufre des protéines)

les couleurs présentes dans les plantes sont des chélateurs naturels de métaux, qui protègent la plante d'excès dans le sol ou qui l'aident àproduire de la chlorophylle (?) -> on utilise ces affinités pour la teinture

La couleur n'existe pas telle quelle dans la plante, elle existe en réaction à un mordant: dire "garance = rouge" n'a pas grand sens, sauf pour les débutants, puisque garance peut donner orange, violet, etc.

  • Tanins galliques : mordants et presqu'incolores
  • Tanins ellagiques ne sont pas de très bons mordants mais teignent en base jaune.
  • Tanins catéchiques teignent en rougeâtre brunâtre et se révèlent par photosensibilisation; quid efficacité mordant ? Il y a un peu de tanin catéchique dans campêche, qui donne le brunâtre par oxydation dans le bain de chaux

Notes sur l'acétate alumine

Sur http://www.turkeyredjournal.com/archives/V15_I2/DeSouza.html les filles de Turkeyred ont comparé divers mordançages classiques de coton avec le « nouveau » à l’acétate d’alumine.

Tests très positif pour coton et acétate d’alumine à 5% de PTS :  cachou, fustic, myrobolan, garance, chataigner, gaude, osage orange, tesu.

« The results indicated that the mordant recipe using 5% aluminum acetate was the most effective.”. Ouf! Ça nous simplifie les choses.  Plus besoin de trois jours pour les techniques détaillées par KD, soit aux tanins soit au lait.

Voir les résultats en photo dans leur exple 1 via la page précitée.

Elles ont testé le mordançage avec :

  • 1/ tanin 8% PTS ; puis 50% PTS Potassium Aluminum Sulfate et 6% PTS cristaux de soude selon Liles ;
  • 2/25% Potassium Aluminum Sulfate et 6% cs  puis 8% Tannin puis repéter étape 1 (selon JD) ;
  • 3/ 5% PTS Aluminum Acetate ;
  • 4/ 50% Potassium Aluminum Sulfate et 6% PTS cs

Puis des variantes

Pour l’uniformité de cochenille et campêche, elles ont utilisé les sels de Glauber

Leurs conclusions générales : The Garcia and direct application methods have more steps, take more time, require special equipment for quick drying, and are difficult to apply with large quantities of fabric or yarn. On the other hand, they work well with small pieces of fabric, skein and fabric painting, and surface application of different mordants: iron or modifiers can be mixed with the alum acetate and paint then dye with one color to get different effects. For large quantities of fabric or yarn, the 5% WOG immersion mordant is more cost effective, both in terms of materials and time.

Je ne sais ce qui est appelé « direct application » DA, méthode qui produit la couleur la plus franche sur coton selon leurs tests (sinon que c'est AA à la garcia).

Leur exple 2 : je vois clairement DA le plus vif en couleurs ; 

Leur exple 3 : je vois clairement DA à la Garcia le mieux (elles ont utilisé la recette 2 de Michel Garcia: 50% acétate de calcium 50% sulfate d’alumine); on y voit en illustration que le mordançage au soja : bof.

NB 2015. Voir nouveau test automne 2014 des filles de Turkeyred. C'est l'acétate d'alumine selon la recette de Liles qui gagne sur tous les tests (oubliez crottin, huile sulfonée, etc.), avec tanins à 10% PTS avant le mordançage. Elles trempent les fibres 2 heures minimum dans l'acétate (il suffit pourtant d'un bon trempage d'un tissu mouillé, quelques minutes, puisque c'est un mordançage "éponge". merci à Michel Garcia pour ces explications). Ce qui simplifie le mordançage, car avec leur système c'est 2 fois 2 heures avec rinçage et séchage entretemps; ici on fera 1 * 1-2heures trempage à froid pour les tanins puis 1 * 5minutes. Puis bien sûr le long séchage (ou au séchoir), mais là je dois pas être présente, ça compte pas.

NB2. Traduction des images: elles ont testé 50% PTS de gaude, 8% d'extrait de grenade, 12% d'extrait de cachou, 5% PTS de cochenilles, 5% extrait de lac, 200% PTS garance.

Si je chronomètre la procédure accélérée, non patiente, selon les conventions que j'utilise dans mes livres de cuisine pour les Jules, ce serait:

  • T-2h:bain aux tanins galliques 10%, tiède, en remuant souvent s'il s'agit de tissus (ok laisser tremper si fils) - rinçage - essorage
  • T-1h: séchage en séchoir
  • T-30': bain de cendres
  • T 30 à 0: teinture
En plus calme, on pourrait faire une après-midi de galliques pour la série de tissus, rincer, essorer, laisser sécher sur fil. J'insiste sur le remuage car mon premier essai: tout bringé de beige, je vois bien que les tanins n'ont pas pris de manière uniforme.
 ,

On peut acheter l’acétate d’alumine (48 euros le kilo chez Alysse; en version alimentaire « chimiquement pure » : 107 euros à la droguerie Le Lion qui n’a pas en vente la version teinture).  On en utilise 5 à 8% de PTS, soit 5 à 8g  par 100g PTS, ce qui revient à  2,5 à 4 euros le kilo si mes calculs sont bons. Chérot, non?

Comment le faire pour quasi rien ? Voir page acétates à la Garcia.

La recette de Jacques Chouteau (dans Teintures Naturelles de Karin Delaunay)  est très proche de celle que Michel Garcia utilise depuis quelques années  et me semble plus simple que les autres versions de Liles ci-après (j’adapte à mes quantités pour les tests): verser 100g d’alun en pâte (écrasé dans un peu d’eau tiède ) dans un grand seau d’eau à 30°C ; verser doucement 50g cristaux de soude ; fouetter ; ajouter 1 litre  de vinaigre blanc. Attendre limpidité. Tremper tissu mouillé et frémir 1 heure ; essorer ; sécher à cœur. Teindre ou conserver.

La recette de Michel Garcia au symposium Shibori International 2008 (selon turkeyred) : 50g de sulfate d’alun et 50g d’acétate de calcium dans un litre d’eau.  Tremper le textile quelques minutes dans le mordant à température ambiante ou le peindre sur le tissu. Sécher au séchoir.  Fixer par bain de 30 g de craie et 5 grammes d’amidon dans 4 litres d’eau chauffée à 70°C (pour dissoudre l’amidon). La solution AA conserve une semaine, MG la met en bouteille en  ôtant l’oxygène (système vin).

NB. J’utiliserai des seaux et de l’eau tiède ; je ne chauffe pas ; je foulonne le tissu ou la fibre dix minutes et je la pends pour sécher. En fait, c'est une réaction mécanique, le tissu prend ce qu'il lui faut. Quand le liquide est épuisé, le bain est épuisé. Ce n'est pas une réaction chimique comme une teinture -> inutilité de peser le PTS.

Le bain d’acétate d’aluminium selon Liles (p. 21 The art and craft of natural dyeing) peut être conservé quatre semaines et être utilisé plusieurs fois jusqu’à épuisement. 150g d’alun dans 1 litre d’eau chaude. Refroidir. Ajouter 10g de craie en pâte avec eau. Dissoudre 50g d’acétate de calcium dans 1 litre d’eau ( ?? source d’acétate de calcium ??). Ajouter à la solution alun/craie. Mélanger deux minutes. Repos 30 minutes. Décanter la partie limpide. Refaire une troisième fois. Remplir le premier bain de 1 litre, repos, décanter. Embouteiller le mordant obtenu en bouteilles fermées. Le diluer selon besoins. Tremper une nuit les fibres (CSl) dans le mordant à température ambiante. Essorer, sécher. Teindre après une semaine minimum. Pour des couleurs plus vives, remordancer. Traiter  en bain de craie juste avant de teindre. Mon dieu, que ça m'a l'air compliqué.

Wiki : pour faire de l’acétate de calcium, tremper du carbonate de calcium (coquilles d’œufs ou mes expériences de moules cuites à 1000°C ?) dans du vinaigre  - dosages ?  Demander prix au kilo en version non alimentaire.
et pour faire de l'acétate, pourquoi ne  pas tremper du papier alu ménager dans du vinaigre? Je blague!

Page 23 de Liles, la recette d’acétate d’alumine à la Molony (seul défaut : n’est pas impeccable si on utilise des produits de jardinerie, car peut contenir  fer) : ajouter à 4 litres de vinaigre blanc 500g de chaux aérienne. Repos deux heures, en mélangeant de temps en temps. Repos au calme 48 heures. Décanter la part limpide. Densité : 1.09. Ajouter 8 litres d’eau au sédiment. Repos, décanter. Densité 1.06.  Vous avez obtenu de l’acétate de calcium. Jetez le sédiment (ou l’utiliser comme plâtre ?). Pour 4 litres d’acétate de calcium, ajouter doucement 1kg d’alun. Mélanger. Repos 24h. Décanter. Densité de la part limpide : 1.09. Rajouter 8 litres d’eau . Repos 24h.  Décanter. Le mordant obtenu = 1.06. Utiliser tel quel ou diluer maximum 50% de son volume en eau.

NB. Il utilise 2.5 litres d’acide acétique à 40% pour 1.5 litres d’eau, ce qui ferait 25g  acide acétique pour le bain ; or le vinaigre contient 5-8% d’acide acétique. J’ai substitué, on verra bien si je fais l’essai.

26.10. Dans sa recherche de bains moins polluants, Eberhard Prinz de Färberpflanzen conseille le bain d’Essigsaure Tonerde (di acétate d’alumine - C4H7AlO5), qu’on peut pratiquer à froid (durée : 8 heures).

Prinz teint tout de suite après, sans sécher comme le fait MG dans sa pratique d’acétatalunage et sans bain de craie comme lui. Un litre d’Essigsaure Tonerde est dilué avec 4 litres d’eau ; trempage des fibres sous poids; essorées et bien rincées.

Ce bain ne conserve pas longtemps, à l’inverse du bain d’acétate d’alumine selon J. Harborth, qui est aussi utilisé à froid, mais conserve longtemps et s’épuise peu selon Prinz.

Sa recette pour la laine  : 100g alun ; 73ml d’acide acétique à 25%  (C2H4O2), 31g de cristaux de soude (carbonate de soude = Na2CO3), 10g acide tartrique (pas crème de tartre), 5 litres d’eau de pluie . Procédure (Herstellung) détaillée ici (en allemand). Ne pas confondre carbonate de soude et soude caustique (NaOH) très agressive.

En cherchant sur « Harborth », je viens de trouver le résumé en français de cette dernière technique sur tricofolk forum par Marie-claire (voir son message du 13-06-2009). Important de la lire avec attention pour ne pas mélanger les étapes, risques chimiques. Dans sa traduction des propos de Karin Tegeler dans le forum Kräuterkommune (Tegeler fut élève de Harborth): « Si un jour on a besoin de mordancer rapidement, chauffer 1 heure à 50°, remuer. A température plus élevée, les substances se déposent au fond, et l’effet est annulé. D’ailleurs avec le temps, dans le bain à froid, les particules se déposent aussi au fon, alors le liquide n’a plus d’effet. Pour en tester l’efficacité, on peut en chauffer une partie. Si le liquide reste clair, le bain est épuisé ; S’il devient laiteux, il est réutilisable, mais il faut alors laisser tremper la laine au moins une semaine. »

Alun tanin alun

Avant que Michel Garcia ne fasse connaître la superbe technique d'acétate d'alumine, il fallait trois bains pour les cellulosiques: alun puis tanins puis alun encore (et séchage entre chaque...)

J'ai retrouvé les procédures chez Karin Delaunay qui, pour amadouer coton & Cie, propose pas mal de variantes dans son chapitre "garance".

  • Entre autres, page 86 : soja, teinture, alun, teinture. bain de soja 20 minutes, essorer ;  bain de 50% garance 70°C 30 minutes (en laissant une nuit de macération), essorer ; mordançage alun tartre 70°C 30 minutes. Essorer. Teindre garance deuxième fois. Essorer, rincer, sécher.

  • p. 84 double passage myrobolan et double alunage: 10% myrobolan 90°C 30minutes, essorer ; aluner 25% 90°C 30 minutes, essorer ; retour myrobolan, essorer ; retour alun, essorer, (pas rincer ?). NB. Selon elle, le myrobolan donne un fond jaune ; elle l’utilise pour garance et cochenille sur C-l ; aussi pour tons bruns et beiges.

  • p. 88 double alunage avec simple engallage : 25% alun 13% cristaux de soude, 90°C 1 heure, refroidir une nuit ; rincer ; jeter le bain d’alunage; engaller avec 30% noix de galle pulvérisée 100°C 1 heure, refroidir une nuit, rincer ; jeter le bain d’engallage ; 25% alun 13% cristaux de soude, 90°C 1 heure,refroidir une nuit, rincer. Teindre
    l'acétatalunage à la Garcia fait le même effet, et c'est tout de même plus simple..

  • p 90 : double sumacage avec  simple alunage : 60% feuilles de sumac sèches pulvérisées ; 90°C 1 heure, refroidir, rincer ; aluner 25% alun et 6% cristaux de soude, 90°C 30 minutes ; refroidir une nuit ; rincer ; jeter le bain d’alunage ; replonger dans bain de sumac 90°C 30 minutes ; essorer et bien rincer. Teindre. Selon elle, sumac mieux pour conserver couleurs.

Mordancer au bioaccumulateur

Pour éviter l’alun  pour les personnes qui cherchent à teindre les protéines sans mordant minéral MG propose de trouver un sel d’alumine végétal. Plantes bio accumulateur d’aluminium quand croissent sur sol acide, sur sol calcaire la chaux bloque les minéraux qui deviennent insolubles.

Il me reste à tester ce type de mordançage. Selon DVD MG, on peut utiliser cette technique pour les jaunes et les bleus comme campêche (haematoxylum campechianum = logwood) qui donnera bleu si eau calcaire alors qu'en classique alun donne des nuances de violet (son test en eau acide de mexique, dans DVD nr 2, donné gris décevants). Cela me permettra peut-être de ne plus avoir tous ces noirs avec la campêche? J'alune tout pour l'instant + l'eau est ttttttrrrrès calcaire chez nous.

Le lycopodium clavatum est un accumulateur d’alumine (comme les grosses feuilles de thé qui sont toxiques puisque accumulent aussi fluor). Il contient du phosphate d’alumine qui se décompose avec de l’acide tartrique ; ma voisine de stage me dit que la stellaire fait pareil, redemander à Michel.

lycopodium clavatum = club moss (équivaut à Myconia argentea favori au Mexique)

Exemple de pratique MG (DVD laine): pour 26g de laine, 26g de lycopodium frémi qqs minutes jusqu'à ce que la plante tombe au fond (signe que le matériau a été bien extrait) puis filtré, 5.2g (20% !) de cochenilles (dactylopus cocciferus). Patience, la couleur monte en une heure à partir de frémissement.

Mes notes de stage 2012 chez Valentine Donck

  • 1.  extraire le lycopode dans l’eau et y bouillir la laine pendant une heure en montée lente
  • 2.  sécher
  • 3.  teindre dans le bois de campêche
  • 4.  ajouter du salpêtre en fin de bain 
  • 5.  bouillissage obligatoire pour ôter le brun et revenir au mauve

Chez couleur-garance, trouvé en 2014 du symplocos. +-40€ le kilo (versus +-20€ l'alun)

J'ai fort envie de soutenir ces agriculteurs indonésiens, mais à hauteur de 50% poids de tissu sec, ça fait cher en bain de mordant. Je l'utiliserai peut être en gel de mordant seulement?
Ajout août 2014. Michel Garcia a mordancé en stage au symplocos à 20% de PTS, ça change la donne!

Recette "gel" de http://plantmordant.org. Bouillir 30 minutes 50g symplocos dans 1/3 l d'eau. Filtrer, rajouter eau pour 1/3l. Ajouter 3g de gomme de guar. Peindre/tamponner, sécher, rincer/fixer au bain de son.
Technique cellulose sur http://plantmordant.org (après huiledericinage et tanninage)
Laine-soie: 50% mordant PTS selon plantmordant.org
Dixit Couleur-garance: " Mordant 100% végétal : Le Symplocos (Arbre indonésien: Symplocos cochinchinensis) est un arbre bio-accumulateur d'alumine, le mordant en poudre est issu de ses feuilles.
Utilisable en mono-bain : Plus de mordançage préalable : on utilise dans un même bain le symplocos et le colorant. Particulièrement efficace sur fibres animales. es couleurs vives et inédites.
Commerce équitable : Fait vivre une communauté de femmes en Indonésie au travers de la Fondation Bebali, contribue à préserver la forêt et l'art textile indonésien. "

Tanins pour coton lin

Sources de tanins  selon mes notes d'un stage MG

  • galliques
    fonds incolores
    noix de galles, tara, sumac
    riche en tanin gallique : févier d’Amérique gleditsia triacantha (pluie d’or)

  • ellagiques
    fonds jaunes
    ombrétacées (??) myrobolan en Inde (20-30% PTS), grenade au Maghreb, chêne, châtaigner, bois jaune (fustic), Njalama anogiosus ?? en Afrique
    Source de tanin ellagique doit être exposé à la lumière, tient tout seul (comprend plus mes notes?)

  • catéchiques
    fonds beiges rose
    cachou, quebracho, feuilles de thé, avocat, eucalyptus, rosacées (pomme poire pêche ronce fraisier (feuilles aussi ou seulement écorces ?), se fixent bien sur coton
    Champion de tanin catéchique : racine de renouée bistorte, racine de fraisier (??)

mordançage entre deux bains à la Yamazaki

Pour le détail, voir "La teinture végétale selon Seiju Yamazaki" dans le cahier de CG "Couleurs Végétales au Japon". Présenté en deux pages au début du livre de DC. Mon résumé. 

  • Yamazki mordance 5% acétatalumine, 3% acetate cuivre, 2% acide acétique
    ou 1% acetate de fer
    ou eau de cendres (camélia = bioaccumulateur d'alumine?) à pH 10.

  • Soie: bains neutres; laine: bains à pH6; coton bains à pH8; mais pH dépend aussi de plantes.
    Yamazaki acidifie l'eau avec 0.5cc acide acétique par litre, p ex pour garance ou pour les fleurs (autres: inconnus);
    autres plantes comme feuilles et écorce cerisier ou aiguilles conifères demandent pH9 de bouillon puis stabilisées à pH 6 pour la laine.

  • Laisser refroidir 12h dans le bain.

  • Couleurs variations selon cueillette
    p.ex. cueillette juillet août: jaune; septembre octobre: rougeâtre.
    Cueillette d'hiver pour feuilles caduques et conifères.

Son double bain de teinture:

  • Soie: dégommée dans eau de cendre de paille ou carbonate de potasse;
    bouillie teinture 15min;
    refroidie;
    mordancée 30 min et refroidi;
    teinture dans bain chauffé à pH neutre (laisser refroidir ensuite)

  • Laine: en bain de teinture neutre pH 80°C 30 min;
    refroidir;
    mordant 30 min;
    laver??;
    bain teinture pH6 80°C sans mijoter, 30 min
    puis laisser refroidir -> 30°C.
    Yamazaki déconseille de mordancer avant ou après la teinture car le mordant accrocherait en surface de la fibre; en mordançant entre les bains, il va à coeur.

  • Coton:
    bain de teinture (quel pH ??) pendant 20 min;
    refroidir;
    puis parfois mordançage tannique/alun/tannique, parfois prébain eau de soja - 30 min;
    puis reteinture en bain pH 8 pendant 20 min
    et refroidir;
    rincer,
    sécher;
    rebain de soja;
    séché;
    rincé quelques jours après.

acétate d'alumine à la Garcia - commentaires

Page 50 Couleurs végétales (2002), MG mentionne "le mordant des Indienneurs" qui est, me semble-t-il, sa première version de la recette « acétate d’alumine »  (AA) qui a fait son succès aux States.

Eau tiède + 100g alun + petit à petit 50g cristau de soude + pt à pt vinaigre : repos 1à2 min chaque fois -> limpide . Pourquoi "ne jamais bouillir textiles mordancés avec cristaux de soude"?

Selon MG, il vaut mieux utiliser du sulfate d’alumine que l'alun de base, car il contient 16-17% alumine (l’alun : 10.5%) + il est soluble dans l’eau. L’acétate de soude serait meilleur que les cristaux de soude  pour la procédure selon le tableau des notes de MG pcq ne produit pas d’excès d’acide. Cristaux de soude plus faciles à trouver.

Notes d'un stage avec MG. « Ne pas confondre affinités chimiques, existent depuis l’âge du bronze  (pontages complexes)  et aimantation physique comme le bain d’acétate d’alumine, invention moderne ; en trempant le tissu on l’imbibe comme une éponge. Il est alors inutile de peser le tissu. On épuise tout simplement physiquement la réserve de mordant. »

Notions de chimie verte.

Comparaison locomotive à utiliser pour entrer puis décrocher, wagon à remplir de couleur et stocker dans fibre.

  • Fibres Protéiques : affinité du soufre des protéines avec les sulfates de l’alun (ponts disulfur).
  • Ion sulfate, partie acide = loco, alumine insoluble dans l’eau = wagon.

La laine fixe naturellement les sels d’alumine, le coton non. Fibres cellulosiques : affinité avec les tannins qui ont de l’affinité avec l’alun, mais aussi avec les sucres donc l’alcool donc les acétates (même si faibles).

Conclusion: soit on mordance aux tanins et à l'alun (en deux bains) soit on marie acétate et alun en un bain.

En chimie, les forts attirent les forts -> les sulfates sont attirés par les carbonates. Alun + carbonate de soude = alumine va précipiter, gaz carbonique sera dégagé (« l’esprit universel  » des Anciens). Si on ajoute  vinaigre ou acide acétique à ce mélange alun/carbonate de soude, on refait un sel, car l’alumine insoluble dans l’eau deviendra de l’acétate d’alumine. L’acétate s’évapore -> surveiller au nez l’odeur de vinaigre ; l’alumine reste, mais le vinaigre doit être évaporé avant la fixation à lacraie. 

Recette 1. 50g d'acétate d'alumine par litre d'eau; version chère.

On peut acheter l’acétate d’alumine (48 euros le kilo chez http://alysse-creations.info/laine-et-tricot/morants.html; en version alimentaire « chimiquement pure » : 107 euros à la droguerie Le Lion qui n’a pas en vente la version teinture). 

On en utilise 5% de PTS, soit 5g  par 100g PTS, ce qui revient à  2,5€ par cent grammes de fibres si mes calculs sont bons. sur site Alysse : « Bien laver les fibres (au besoin, laisser tremper la soie au préalable 12 h, afin que l'eau pénètre au coeur de la fibre) Diluer l'acétate d'alun dans un peu d'eau chaude, puis le mettre dans suffisamment d'eau pour recouvrir vos fibres à mordancer. Plonger les fibres dans le bain, faites chauffer 40 mn à 80°C et remuez de temps en temps. Laissez refroidir et rincez. « 

Recette 2. Michel Garcia AA.

  1. 100g alun en pâte -> 10 litres d'eau; repos 2 minutes; + 50g cristaux de soude; repos 2 minutes; 1 litre de vinaigre blanc petit à petit -> limpide.
    ma version petites quantités, car ça ne conserve pas très longtemps: 2l d'eau et 10g d'alun; 10g cs; 1/4 l vinaigre
    la limpidité indique que l'alun est bien dissous

  2. tremper le textile pour mordancer laisser frémir une heure*.

  3. sécher sans rincer, mais à peine essorer  - le séchage à cœur est CAPITAL (la loco doit évaporer)
    OK Sécher au séchoir OK même si un peu humide puisque principe : évaporation
    Idéal: laisser mûrir les fibres alunées quelques semaines à quelques mois

  4. quand veut teindre, le jour même, fixer par bain de craie et teindre en montée lente et neutre

NB1 Durée?

NB2 Ne pas utiliser de citron à la place du vinaigre car il ne se volatiliserait pas, parce qu’on se trompe facilement dans le dosage (quelle acidité ?) et parce qu’il faudrait neutraliser l’acidité avec un bain de craie ultérieur à raison de 10g/l.

 « Ce mordant ne peut pas être conservé indéfiniment. » a dit MG au stage. Mieux vaut faire des batchs entiers de mordançage et laisser les tissus mûrir.

Pourtant, le bain d’acétate d’aluminium selon Liles (p. 21 The art and craft of natural dyeing) peut être conservé quatre semaines et être utilisé plusieurs fois jusqu’à épuisement.

Pourtant, la version Kaltbeize se conserve longtemps (ci-dessous). A n'y rien comprendre. J'imagine que la conservation dépend de la teneur en acide acétique; si je bouche soigneusement la bouteille?

Soie en AA? Comme fibre lisse  => OK acétate. Maiwa et d’autres sérieux prétendent que soie accepte AA ; idem Eberhard Prinz et son medium Harboth).

Recette 3 acétate calcium et sulfate d'alun

Celle que MG a donnée au symposium Shibori International 2008 (selon turkeyredjournal - je traduis) : « 50g de sulfate d’alun et 50g d’acétate de calcium dans un litre d’eau.  Tremper le textile quelques minutes dans le mordant à température ambiante ou le peindre sur le tissu. Sécher au séchoir.  Fixer par bain de 30 g de craie et 5 grammes d’amidon dans 4 litres d’eau chauffée à 70°C (pour dissoudre l’amidon). La solution AA conserve une semaine, MG la met en bouteille en  ôtant l’oxygène (système vin). » L'acétate de calcium +-20 € le kilo au Lion -> 1€ pour 1 litre de solution, qui sera utilisée jusqu'à épuisement.

Wiki : pour faire de l’acétate de calcium, tremper du carbonate de calcium (coquilles d’œufs ou mes expériences de moules cuites à 1000°C ?) dans du vinaigre  - mais dosages ?  Demander prix au kilo en version non alimentaire.
NB. Et pour faire de l'acétate, pourquoi ne  pas tremper du papier alu ménager dans du vinaigre?

Recette 5 acétate de sodium et alun

Selon Maiwa, pour 1kg de fibres: 150g d'alun dans 3 litres d'eau (ils calculent à 15% PTS); ajouter 150g d'acétate de sodium, jusqu’à solution claire

Recette 6. Liles.

150g d’alun dans 1 litre d’eau chaude. Refroidir. Ajouter 10g de craie en pâte avec eau. Dissoudre 50g d’acétate de calcium dans 1 litre d’eau. Ajouter à la solution alun/craie. Mélanger deux minutes. Repos 30 minutes. Décanter la partie limpide. Refaire une troisième fois. Remplir le premier bain de 1 litre, repos, décanter. Embouteiller le mordant obtenu en bouteilles fermées. Le diluer selon besoins. Tremper une nuit les fibres (CSl) dans le mordant à température ambiante. Essorer, sécher. Teindre après une semaine minimum. Pour des couleurs plus vives, remordancer. Traiter  en bain de craie juste avant de teindre.

Recette 7. Liles-Molony.

Page 23 de Liles, la recette d’acétate d’alumine à la Molony (seul défaut : n’est pas impeccable si on utilise des produits de jardinerie, car peut contenir  fer) : ajouter à 4 litres de vinaigre blanc 500g de chaux aérienne. Repos deux heures, en mélangeant de temps en temps. Repos au calme 48 heures. Décanter la part limpide. Densité : 1.09. Ajouter 8 litres d’eau au sédiment. Repos, décanter. Densité 1.06.  Vous avez obtenu de l’acétate de calcium. Jetez le sédiment (ou l’utiliser comme plâtre ?). Pour 4 litres d’acétate de calcium, ajouter doucement 1kg d’alun. Mélanger. Repos 24h. Décanter. Densité de la part limpide : 1.09. Rajouter 8 litres d’eau . Repos 24h.  Décanter. Le mordant obtenu = 1.06. Utiliser tel quel ou diluer maximum 50% de son volume en eau.

NB. Il utilise 2.5 litres d’acide acétique à 40% pour 1.5 litres d’eau, ce qui ferait 25g  acide acétique pour le bain ; or le vinaigre contient 5-8% d’acide acétique. J’ai substitué, on verra bien si je fais l’essai.

Recette 8. Essigsaure Tonerde

Dans sa recherche de bains moins polluants, Eberhard Prinz de Färberpflanzen conseille le bain d’Essigsaure Tonerde (di acétate d’alumine - C4H7AlO5) (JDtraduit par "formate d'alumine"), qu’on peut pratiquer à froid (durée : 8 heures). Prinz teint tout de suite après, sans sécher comme le fait MG dans sa pratique d’acétatalunage et sans bain de craie comme lui. Un litre d’Essigsaure Tonerde est dilué avec 4 litres d’eau ; trempage des fibres sous poids; essorées et bien rincées. Ce bain ne conserve pas longtemps, à l’inverse du bain d’acétate d’alumine selon J. Harborth, qui est aussi utilisé à froid, mais conserve longtemps et s’épuise peu selon Prinz.

Recette 9. Harborth.

La recette de Harborth pour la laine  : 100g alun ; 73ml d’acide acétique à 25%  (C2H4O2), 31g de cristaux de soude (carbonate de soude = Na2CO3), 10g acide tartrique (pas crème de tartre), 5 litres d’eau de pluie . Procédure (Herstellung) détaillée ici (en allemand). Ne pas confondre carbonate de soude et soude caustique (NaOH) très agressive.

En cherchant sur « Harborth », je viens de trouver le résumé en français de cette dernière technique sur tricofolk forum par Marie-claire (voir son message du 13-06-2009). Important de la lire avec attention pour ne pas mélanger les étapes, risques chimiques. Dans sa traduction des propos de Karin Tegeler dans le forum Kräuterkommune (Tegeler fut élève de Harborth): « Si un jour on a besoin de mordancer rapidement, chauffer 1 heure à 50°, remuer. A température plus élevée, les substances se déposent au fond, et l’effet est annulé. D’ailleurs avec le temps, dans le bain à froid, les particules se déposent aussi au fond, alors le liquide n’a plus d’effet. Pour en tester l’efficacité, on peut en chauffer une partie. Si le liquide reste clair, le bain est épuisé ; S’il devient laiteux, il est réutilisable, mais il faut alors laisser tremper la laine au moins une semaine. »

Pour évaluer la teneur en alu du bain AA, jlavedrine sur le même fil de tricofolk propose d'évaluer la densité et de la rectifier au fur et à mesure «  5g dans un litre une densité de1.022 ; 2.5 g dans un litre une densité de1.010 ; 1.25 g dans un litre une densité de1.003. Pour 20g d’alun dans 2.5 litres ça nous ferait une concentration de 8g pour 1 litre soit une densité voisine de 1.035. Pour 5 g d’alun dans 2.5 litres ça nous ferait une concentration de 2g pour 1 litre soit une densité voisine de 1.008. » J'ai compris entretemps que ce bain fonctionne de manière mécanique, à épuisement. Pas besoin de vérifier la densité, donc.

Autres solutions mordançage cellulosiques

Dans Couleurs végétales (2002), Michel Garcia expose page 44 comment fixer des couleurs vives sur les fibres cellulosiques: aluner engaller, aluner.

  • 1. alunage = tremper tissu dans 1.5l d’eau dissous avec 20% alun, 10% crème tartre, 3% cristaux de soude ou carbonate de soude
    une nuit, égoutter et sécher
  • 2. engallage : décoction de noix galle ou sumac 2h dans décoction tiède essorer sécher
  • 3. realunage 2h sécher rincer
    OK tannin/alun pour couleurs sourdes

autre mordançage tanning /alun  (source?)

J'ai retrouvé les procédures chez Karin Delaunay qui, pour amadouer coton & Cie, propose pas mal de variantes dans son chapitre "garance".

  • Entre autres, page 86 :
    lait de soja,
    teinture,
    alun,
    teinture.
    bain de soja 20 minutes,
    essorer ;  
    bain de 50% garance 70°C 30 minutes (en laissant une nuit de macération),
    essorer ;
    mordançage alun tartre 70°C 30 minutes.
    Essorer.
    Teindre garance deuxième fois.
    Essorer, rincer, sécher.

  • p. 84 double passage myrobolan et double alunage:
    10% myrobolan 90°C 30minutes,
    essorer ;
    aluner 25% 90°C 30 minutes,
    essorer ;
    retour myrobolan,
    essorer ;
    retour alun,
    essorer, (pas rincer ?).
    NB. Selon elle, le myrobolan donne un fond jaune ; elle l’utilise pour garance et cochenille sur C-l ; aussi pour tons bruns et beiges.

  • p. 88 double alunage avec simple engallage :
    25% alun 13% cristaux de soude, 90°C 1 heure,
    refroidir une nuit ;
    rincer ;
    jeter le bain d’alunage;
    engaller avec 30% noix de galle pulvérisée 100°C 1 heure,
    refroidir une nuit,
    rincer ;
    jeter le bain d’engallage ;
    25% alun 13% cristaux de soude, 90°C 1 heure,refroidir une nuit,
    rincer. Teindre
    l'acétatalunage à la Garcia fait le même effet, et c'est tout de même plus simple..

  • p 90 : double sumacage avec  simple alunage :
    60% feuilles de sumac sèches pulvérisées ; 90°C 1 heure,
    refroidir,
    rincer ;
    aluner 25% alun et 6% cristaux de soude, 90°C 30 minutes ;
    refroidir une nuit ;
    rincer ;
    jeter le bain d’alunage ;
    replonger dans bain de sumac 90°C 30 minutes ;
    essorer
    et bien rincer.
    Teindre. Selon elle, sumac mieux pour conserver couleurs.

Notes d'un cours 2012 à Lauris avec MG. "ATA ou TAT ? Alun tanin alun ou tanin alun tanin ? Pour les cellulosiques, on joue des affinités doubles : « les fibres aiment les tanins, les tanins aiment l’alun ; l’alun aime le colorant ». On fait tremper le coton dans du tanin le jour 1 à midi, on fait sécher, on fait tremper ensuite dans l’alun le jour 2 ; on fait sécher ; retour tanin le jour 3.
USA : ATA; Europe : TAT. Selon MG, TAT est mieux pour accrocher fibres, parce que le dernier bain de tanin s’assure que plus d’alun disponible , tout est saturé."

mordançage pour la macération des cellulosiques

Désormais je continue à l'AA avant macération pour les cellulosiques, vu le succès. Qu'avais-je prévu? Dans De la Garance au Pastel (1996), Michel Garcia interviewe Anne Rieger sur ses teintures de laine par fermentation. Page 114 elle précise que « pour les textiles végétaux, une préparation supplémentaire est nécessaire, à base de tanins et d’huile", sans plus de détails.  Dans Ecodyeing, India Flint semble avoir fait le tour des techniques étrangères ou ancestrales; mais on dirait qu'elle ne les a pas testées, à première vue. J'avais envisagé des préparation du coton et du lin qui seront :

  • 1 & 2/ bain de lait entier après tanins ou sans tanins  

  • 3 & 4/ bain d’huile après tanins ou sans tanins

  • 5/ bain d’acétate d’alumine suivi de bain de craie - 5a/ AA à la garcia 5b/ acétate d'alumine ajouté à l'eau 5c/ sulfate alun et acétate de calcium

  • 6 & 7/ ajout d’écorces dans le bain de teinture pour aider à  la fixation pour les versions 2 et 4.

  • 8/ bain de blanc d'oeuf 

Je ne vais rien en faire, puisqu'AA semble faire le travail...

2014 nouveau. Bain de fixatif AA au silicate de soude selon MG

Aout 2014. Dernière découverte de MG, à la faveur d'un stage dans un lieu où l'eau de ville était si bizarre qu'il n'obtenait pas de résultats fiables, on a utilisé au stage fin août une solution de fixation à pH 9, avec du silicate de soude. Selon lui, c'est le plus pur des trois bains, le moins de défauts.

NB. Si la solution s'acidifie vite, après trempage d'un textile, c'est qu'il était mal séché à coeur (ou "désacidifié") -> l'acide restant se barre dans l'eau de la solution, ce qui non seulement l'abîme mais aussi signifie que le mordant est mal fixé!