Slow-dye

Brouillon d'un livre à paraître...   

  

17.7.2014 Mordants

Faire le bouillon de teinture n’est pas très compliqué, en gros, c’est une soupe de végétaux.

C’est la préparation du tissu qui fait le teinturier: le mordançage, qui est sophistiqué, en particulier pour les fibres coton-lin.

Je ne propose pas ici un "cours" sur les mordants ou les autres bases de la teinture, car il y a d'excellents livres sur le sujet et de parfaits sites. Pour une explication claire en français, rendez-vous sur le forum de tricofolk: les résumés de Sandrine, d'Alyse créations sur les couleurs, le mordançage, une cuve d'indigo, etc.

Voir mes abréviations perso.

Mordants ou non

Le mordant est un fixatif pour couleur, en résumé.

Certaines teintures se fixeront sans mordançage, car elles sont "mordantes" en soi : carthame (fixée au jus de citron) ; rocou ; curcuma ; café ; thé ; grenade ; brou de noix ; eucalyptus ; les écorces en général.

Laines et soies ne doivent pas être mordancées pour toutes teintures en fermentations/macérations.

Quand on indique «sans mordant» dans les listes, prendre en compte tout de même que la couleur est souvent plus solide si le textile est mordancé ou suivi d’un bain de fer ou cuivre.

Classiquement pour avoir des couleurs vives, il fallait de longues manipulations.   Aujourd'hui plus, grâce à des chercheurs comme Michel Garcia et la technique d'acétate-alunage (ma terminologie, plus courte que "mordancer à l'acétate d'alumine).

Les fermenteuses à froid comme Isatinctoria ne mordancent aucune teinture (pour la laine et la soie, en tout cas).

Quels mordants

"Mordants" semble être un mot-valise en DyeLand: tout fait mordant. Il doit y avoir des catégories plus précises, mais en gros, on cite: alunefz, tanins, fer, cuivre, eau de cendres, savons, vinaigre, urine...

On n'utilise plus l'étain, le chrome, etc. comme au XIXè et jusqu'en 80 (hobby en tout cas).

L'alun semble le moins toxique pour l'environnement.

Le coton et le lin se mordancent en outre aux tanins (tanins de galle, de sumac, etc.).

température mordants

JDmordance à froid pendant 12h - même résultat qu'à chaud (tout comme Sandrine d'Alysse créations)

Karin Delaunay mordance les soies achetées à 90°C (comme la laine); sans l’abîmer , dit-elle; pour des couleurs bien plus lumineuses qu’à 70°C, la température généralement recommandée.

mordançage selon tissus

le coton (tissu et fil): acétatalunage simple

le lin: passage aux tanins puis acétalunage (voir ci après)

soie: alunage simple

laine: mordançage classique 1h à 80°C avec alun 10-20% (selon bain de teinture) et 3 à 6 % de crème de tarte; prévoir 2l d'eau min. pour 130g de laine (rapport = 1 à 15 classique, max = 1 à 20).

mes notes d'un DVD de MG
crème de tartre ou CT: "agit en tampon et couvre tout excès d'acidité ou basicité d'eau".

On peut mordancer par zones pour que la couleur ne se fixe que sur certains dessins. Voir l'article gel de mordants.

Penser à garder

Bains aux tanins pour cellulosiques

Traditionnellement, pour imprimer des teintures végétales sur des fibres dures comme le lin, la technique était plus longue, càd +- dix opérations: 1/ tremper dans les tannins, 2/ sécher 3/ rincer 4/ tremper dans l’alun 5/sécher 6/ rincer 7/recommencer 1-2-3, soit 7-8-9, puis 10 teindre.

Si je devais donner cours à des débutants, je commencerais par un bain aux tanins, avant d'entamer la très pratique technique de MGd'acétaluner. En effet, ce dernier est invisible. Si des taches de mauvaise répartition sont laissées, elles se révèleront dans la teinture ultérieure. Mais au moins avec les tanins de galle, un fond beige se laisse voir. Avant de sécher, on voit tout de suite les traînées lorsqu'on a mal mélangé le tissu.

Bain d'acétate d'alumine (AA)

Avantages techniques  selon mes notes de stage MG

soit 5à 8% d'acétate PTS, soit produire soi même de l'acétate d'alumine avec la recette de Garcia à deux francs six sous:

Version 2. idem sans les dix litres d'eau. Besoin d'un simple seau, moins grand. Il faut plus y foulonner les tissus.

Avantage majeur de cette technique: il ne faut pas peser les tissus ou les fibres, car le mordançage fonctionne comme une éponge. La fibre prendra ce qu'il faut d'acétate, on vide le bain jusqu'à plus d'eau, en gros. Cette solution très instable ne conserve pas -> on mordance en série dans le même seau puis on balance!

Avec les doses ci-dessus, j'ai mordancé plus de 12 mètres de soies (en 150cm de large) sans l'épuiser. Il en restait un cinquième.

NB août 2014. Au stage avec MG, on vient d'évaluer qu'un pan de coton d'1m sur 120cm a pris 400ml

Défaut majeur de cette technique: il ne faut pas oublier de 1/ superbien sécher les fibres avant de 2/ fixer le mordant dans un bain de craie. En débutant, pressé, on oublie souvent l'un ou l'autre...

On peut mordancer des zones du tissu seulement, pour que la couleur ne prenne que par endroits ("impression textile au tampon" ou sérigraphie). Voir la recette.

Bain d'AA selon Liles et Turkeyredjournal

J'ai trouvé sur Turkeyredjournal une recette Liles plus simple que celles que j'ai traduites, mais je m'interroge: où est l'acide acétique pour produire l'acétate dans leur recette?

Quelle fixation après l'AA?

Avant de teindre et après acétatalunage, tremper le tissu dans un bain de fixatif pour fixer l’alun. Il faut neutraliser l'excès d'acide acétique qui serait resté malgré le séchage. Ou attendre de longs mois de séchage pour que la situation soit normalisée. Le pH du bain de fixation est capital pour ne pas dissoudre le mordant : doit être 9.

Bain de craie selon MG

20g de craie par litre d'eau - prévoir un seau de 10 litres; remuer dix minutes textile; essorer, rincer (bien rincer ! voir expériences des filles de Turkeyred - la craie avait terni les couleurs), teindre "sans attendre" (pourquoi?).

Comparer au fixateur de Liles. Ici : 20 grammes de craie par litre, chez Liles : 8 grammes (les pH d'eaux sont différents à la base?).

Bain de son selon MG

Dans sa vidéo MG trempe la fibre à fixer dans de l'eau avec du son de blé, pas de la craie. Les phosphates naturels du son de blé "ôtent l'excès d'alun et de fer et comportent un enzyme qui ôte la gomme guar".

Me sert pdt trois jours de bain de fixation. Après : jeter, car devient vite malodorant. Je préfère le bain de craie, mais il a d'autres propriétés.

 

Lin: double mordançage (acide gallique et acétatalunage)

Pour le lin, la méthode MG à l’acétate permet un bain de tannin gallique, un séchage, un bain d’acétate et point barre -- ce qui fait bien court par rapport aux 9 passages cités ci dessus.

  1. 60g de lin
  2. ajouter dans 3 litres d’eau tiède 12g d'acide gallique, y plonger le tissu humide, faire bouillir ½ h ou garder tiède
    NB je l'ai fait aux noix de galle concassées au marteau, et emballées dans un bas nylon; parfois j'utilise des rideaux de récup'
  3. séchage
  4. acétatalunage
  5. séchage à fond
  6. (et fixage à la craie avant la teinture même).

Je me demande si je ne pourrais pas AA le lin (sécher, fixer) puis le cuire dans un bain de tanin 1/2 heure, après laquelle j'ajoute le colorant.

Autres bains

On peut aussi préparer un bain de fer, un bain de cuivre en mordançage plutôt qu'en post-bain (ma pratique).

Je récapitule page suivante mes notes sur les mordants pour les geeks.